Economie Sociale & Solidaire

Gecco est agréée « Entreprise Solidaire d’utilité sociale » par l’Etat depuis le 13 décembre 2007
Entreprise solidaire
Ce projet s’inscrit dans le domaine de l’économie sociale et solidaire, c’est-à-dire qui n’a pas la maximisation du profit comme moteur. L’activité doit engendrer une plus value sociale et environnementale globale et non la richesse de quelques uns.

Les deux axes moteurs indissociables sont donc : l’environnement (la recherche technologique pour un développement plus soutenable) et le social (l’emploi et les conditions de travail).

L’environnement

C’est l’objet même de la structure: valoriser un déchet. En effet, alors qu’une grande partie des huiles de fritures usagées polluent les eaux ou est incinérée, ici nous la valorisons dans des filières permettant la réduction de production de matières premières (seconde vie du produit).

Mais surtout la recherche scientifique, qui nous permettra de mettre en place une filière de retraitement ayant un impact minimum sur l’environnement, non seulement lors de sa consommation mais sur l’intégralité de son cycle de vie.

Ainsi, toutes les actions de l’entreprise seront réfléchies en ce sens (achats de produits recyclés et valorisables au maximum, limitation des déchets produits etc.) Le produit sera analysé en terme de cycle de vie (ACV : Analyse du Cycle de Vie), c’est-à-dire que l’impact sur l’environnement sera analysé sur l’ensemble de la vie du produit, de la matière première à la consommation finale en incluant les consommations intermédiaires nécessaires à sa production. L’ACV est cadrée par la série des normes ISO14040.
Le fait de partir d’un déchet n’est donc pas anodin : il s’agit de tirer le maximum d’une matière première naturelle.

Le social

Les ressources humaines ne seront pas ici un moyen pour optimiser la lucrativité du capital. La politique d’emploi aura pour but de réunir une équipe capable, dans de bonnes conditions, de mettre en œuvre et de produire une valeur ajouté environnementale et sociétale. Maximiser la proportion de la masse salariale dans la valeur ajoutée est un des objectifs du projet, par des salaires suffisants sans être excessifs et par le partage du temps de travail (emploi), c’est-à-dire une meilleure répartition des richesses. Tout cela dans les limites de la capacité financière générée par la structure.

La valeur ajoutée de l’entreprise est donc employée pour créer de l’emploi, améliorer les conditions de travail et développer la recherche au profit de l’environnement, et non à maximiser la rémunération du capital. C’est en ces sens qu’il est pleinement un projet d’économie solidaire.

Nos partenaires

Cigales
logo-credit-cooperatif-partenaire-Mouves

Nord actif

fondation-macif

ExtraCitélogo rothschildantropia

logo-apes-acteurs
logo_avnir_FR
BdN-membre-du-cd2e