Valenciennes: du biodiesel pour défendre l’économie solidaire et sociale

Julien Pilette, ce jeune entrepreneur originaire d’Artres revient sur son cursus qui l’a aidé à créer en 2007 sa société et devenir co-fondateur et gérant de Gecco, entreprise solidaire d’utilité sociale spécialisée dans la valorisation des huiles.

<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
Julien Pilette, fondateur et gérant de Gecco, partenaire des usines McCain et lauréate du programme «<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
Scale Up 2013<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
» des fondations Rothschild.<br /><br /><br /><br /><br /><br /><br />
VDN

Il interviendra lors de la conférence sur le thème « Loi relative à l’économie sociale et solidaire : quelles opportunités pour les territoires ? », ce mardi.

Son parcours

Après un DUT GEII pendant lequel il a côtoyé le monde associatif et humanitaire, Julien Pilette s’est tourné vers un DUT GEA, puis un Master 1 à l’IAE de Lille où il a eu « l’idée avec un copain de créer une activité autour des hu iles ». Il a poursuivi son cursus par un Master Développement Local Entrepreneuriat et Économie Solidaire à l’Université de Valenciennes. À raison d’une semaine de cours par mois, il a pu se consacrer à la préparation de son entreprise (qui a fait notamment l’objet de son stage), découvrir des structures, par exemple de finance solidaire et éclairer son choix de statuts. Cinq mois après le diplôme, les statuts de Gecco étaient déposés.

« Entreprendre avec du sens »

Pour cet entrepreneur qui a toujours voulu être son propre patron, il est logique de « coller à toutes ses valeurs ». Il faut améliorer notre façon de faire sans refuser le progrès. « Le problème que l’on a actuellement c’est que l’on présente les extrêmes opposés. On dépasse la limite que l’être humain et la planète peuvent accepter. […] Nous consommons beaucoup trop. […] Il faut réduire sa consommation en arrêtant les abus. Globalement j’essaie d’être dans le bon sens, j’ai des appareils modernes mais je répare moi-même ».

Ainsi, Gecco, implantée à Lille, collecte des huiles usagées dans les restaurants ou déchetteries et les envoie vers des filières internationales de recyclage. Mais pour limiter les transports et la pollution, un prototype d’unité de production de biodiesel a été développé afin de relocaliser pour « boucler la boucle : collecter, fabriquer et consommer localement ».

Les commentaires sont fermés.