Présentation

Vous êtes ici : Accueil / Présentation

Un programme de la commission européenne

Le programme LIFE est un programme de financement de la Commission Européenne qui contribue à la mise en œuvre des politiques et de la législation européenne dans le domaine de l’environnement et, depuis 2014, dans le domaine du climat.

Le projet Biohec Life, reconnu et porté dans le cadre du programme Life, est un projet participatif qui vise au développement d’une filière de biodiesel à partir d’huiles alimentaires usagées en Économie Circulaire à destination des transports publics.

Contexte du projet

Les produits pétroliers constituent encore 95% des carburants utilisés dans le transport routier en Europe et représentent 21% des émissions de gaz à effet de serre Européennes. L’instabilité des prix du pétrole constitue une menace croissante pour ce secteur d’activité.

L’objectif de l’Union Européenne de produire 10% d’énergies renouvelables d’ici à 2020 dans le secteur des transports, a permis l’essor des filières de biocarburants de 1ère génération. En premier lieu, le bioéthanol agricole, destiné aux motorisations essence et le biodiesel, issu de la culture des oléagineux, destiné aux motorisations diesel.
Ces biocarburants de 1ère génération ont un bilan environnemental mitigé, voire négatif, par leur impact sur la pollution des sols et de l’eau. De plus, leur production entre en concurrence avec l’utilisation alimentaire des denrées agricoles.

En 2013 la stratégie Européenne a été réorientée vers les biocarburants « avancés » issus de déchets, de ressources ligno-cellulosiques (2ème génération), ou de micro algues (3ème génération).

Les Huiles Alimentaires Usagées, déchets de l’industrie agroalimentaire et de la restauration, jouent un rôle majeur dans l’émergence de ces biodiesels avancés. Leur valorisation est encouragée par la réglementation, mais moins de 40% des Huiles Alimentaires Usagées sont actuellement collectées et le biodiesel associé génère encore des impacts environnementaux et climatiques négatifs.

Les filières actuelles de biocarburants recourent massivement aux importations et aux transports de longue distance vers des unités de traitement de grande capacité : le fret représente jusqu’à 20 % de l’impact gaz à effet de serre de leur cycle de vie.